Menu

Pédicurie - Lillers

Origine de la profession :

Une profession millénariste : du barbier au pédicure.
L’origine de la profession remonte à la lointaine Antiquité et de nombreuses traces en soulignent l’importance dès les origines des sociétés assyriennes, babyloniennes, égyptiennes, grecques et romaines.
Hippocrate, le père de la médecine, évoque longuement les maladies des pieds. Dans la Rome Impériale, le pédicure joue un rôle important, traitant les cors, soignant les pieds et vendant des onguents.
Au Moyen-âge, les médecins négligent le pied et laissent ce champ libre aux « barbiers » qui deviendront rapidement des « barbier-chirurgiens » à force de panser des plaies, d’arracher des dents, d’extirper des cors et de pratiquer des opérations. Et c’est ainsi qu’ils s’improvisèrent pédicures.

Le champ de compétence du podologue en France :

La loi du 30 avril 1946, actualisée par la loi du 25 mars1984 et l’ordonnance du 15 juin 2000, définit le champ d’exercice général de la profession. L’article 1.493 du code de la santé précise que : « seuls les pédicures podologues ont qualité pour traiter directement les affections épidermiques (couches cornées) et unguéales du pied, à l’exclusion de toute intervention provoquant l’effusion de sang. Ils ont également seuls qualité pour pratiquer les soins d’hygiène, confectionner et appliquer les semelles destinées à soulager les affections épidermiques. Sous ordonnance et sous contrôle médical, les pédicures-podologues peuvent traiter les cas pathologiques de leurs domaines (hygroma, onyxis, etc…, soins pré et post-opératoires) ».

Le décret du 19 juin 1985 précise les actes professionnels accomplis directement par les podologues, c'est-à- dire sans prescription médicale préalable. Il leur confère un droit au diagnostic et au traitement des hyperkératoses, mécaniques ou non, d’étiologie et de localisations divers ; verrues plantaires, ongles incarnés, onychopathies, mécaniques ou non ; et des autres affections épidermiques ou unguéales du pied, à l’exclusion des interventions impliquant l’effusion de sang.

Les podologues sont également les seuls à pouvoir accomplir les actes suivants : exfoliation et abrasion des téguments et phanères (rabotage, fraisage et meulage), soins des conséquences des troubles sudoraux, soins d’hygiène du pied permettant d’en maintenir l’intégrité : surveillance et soins des personnes, valides ou non, pouvant présenter des complications spécifiques entrant dans le champ de compétence des podologues :

  • Prescription et application des topiques à usage externe figurant sur une liste fixée par l’arrêté du ministre de la Santé du 17 novembre 1987, pris après avis de l’Académie nationale de médecine : antiseptiques, antifongiques, hémostatiques, anesthésiques, kératolytiques et verrucides, produits à visée adoucissante, asséchante, calmante, cicatrisante et révulsive.
  • Prescription, confection et application des prothèses et orthèses, onychoplasties (reconstruction partielle ou totale d’un ongle), orthonyxies (correction des ongles incarnés ou douloureux), orthoplasties externes (appareillages souples ou correcteurs moulés directement sur les orteils concernés), semelles orthopédiques et autres appareillages podologiques visant à prévenir ou à traiter les affections épidermiques ou unguéales du pied.
  • Le podologue exerce la quatrième profession médicale à compétence définie puisqu’il bénéficie de la libre réception de ses patients, du droit au diagnostic et à la prescription.

Me contacter

Consultez également :